Bois brûlés en 2005 – APPROBATION DE PLANS SPECIAUX DE RECUPERATION DES BOIS BRULES TOTALISANT PLUS DE 5 MILLIONS DE METRES CUBES

Bois brûlés en 2005 – Approbation de plansspeciaux de recuperation des bois brules totalisant plus de 5 millions de metrescubes

8 December 2005

published by communiques.gouv.qc.ca


ROBERVAL, CANADA — Le ministre des Ressources naturelles et de la Faune et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingueet de la région du Nord-du-Québec, monsieur Pierre Corbeil, a annoncé,aujourd’hui, que son ministère a approuvé, à ce jour, des plans spéciaux de récupération des bois brûlés en 2005 qui totalisent près de 5,1 millions demètres cubes (voir annexe). Il s’agit là de 80 % du volume total de bois brûlés pouvant être récolté, soit 6,3 millions de mètrescubes.

Le volume de 1,2 million de mètres cubes restant à récupérer devrait faire l’objet d’une approbation, notamment lorsque les consultations aurontété complétées avec les communautés autochtones visées. Quatre régions ont étéparticulièrement touchées cette année par les incendies de forêt : 

l’Abitibi-Témiscamingue, le Nord-du-Québec, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord.

A la suite des recommandations d’un comité formé du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) et de représentants du ministère desRessources naturelles et de la Faune (MRNF) ainsi que du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation(MDEIE), le ministre Corbeil a retenu des critères pour assurer une juste répartition desbois brûlés entre les différents bénéficiaires de contrats en 2005-2006. Toutd’abord, il a été décidé, pour les bénéficiaires de contrats des aires communes touchées par le feu, de limiter leurs coupes de bois vert en lesobligeant à récolter en priorité des volumes de bois brûlés, et ce, jusqu’àconcurrence des volumes de bois qui leur étaient consentis depuis le 1er avril 2005.

Par la suite, les critères suivants ont été pris en considération :

– Si la disponibilité des bois brûlés dépasse les volumes de bois consentis en 2005-2006, le MRNF augmente alors les volumes accordéscette année aux bénéficiaires de contrats sur les aires communes touchées, et ce, jusqu’à concurrence des attributions qui leur avaientété consenties l’année précédente, soit avant la baisse de la possibilité ligneuse annoncée le printemps dernier.

– Puis, si des volumes de bois brûlés sont toujours disponibles, le MRNF demande à des bénéficiaires de contrats dans des aires communesadjacentes de les récupérer.

«Bien qu’il ne faille pas se réjouir des incendies de forêts, l’application de ces critères va permettre de rétablir l’approvisionnement dedouze usines du Saguenay-Lac-Saint-Jean, d’une usine de l’Abitibi- Témiscamingue et d’une usine du Nord-du-Québec aux niveaux de leursattributions précédant la baisse de la possibilité ligneuse de mars dernier.

L’ampleur des dégâts causés par le feu va ainsi se traduire par la récolte de1,2 million de mètres cubes de bois brûlés en surplus des volumes consentis en2005-2006 au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec, ce sont 170 000 mètres cubes de plus de bois qui pourront êtrerécoltés. Cette mesure crée donc une activité économique dans ces régions etle maintien d’emplois, tant en usine qu’en forêt», a précisé le  ministreCorbeil.

Sur la Côte-Nord, la récupération des bois brûlés, soit 830 000 mètrescubes, se fera à l’intérieur des volumes consentis en 2005-2006.

«Je suis également heureux d’annoncer que les plans spéciaux approuvés jusqu’à maintenant ont nécessité la conclusion d’ententes avec les communautésautochtones, notamment avec les Cris et les Innus. Les discussions se poursuivent pour conclure d’autres ententes qui permettront la récolte desquelque 750 000 mètres cubes de bois brûlés restants», d’ajouter le ministre.

«Tous les efforts sont faits pour accélérer les travaux sur le terrain etpour approuver les plans spéciaux de récupération qui ne le sont pas encore, notamment ceux qui nécessitent la consultation des communautés autochtones. Ilfaut faire vite puisque les analyses ont révélé que l’infestation d’insectes dans les bois brûlés cette année progresse rapidement. La récupération de laplus grande partie de cette matière première doit se faire avant qu’elle n’aitperdu trop de valeur économique, soit d’ici mai 2006», a conclu le ministreCorbeil.


Back

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien